Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

domrane-matoub.jpg

 

Toujours aussi rebelle MALIKA DOMRANE sort ses griffes   et rédige sur son myspace une mise au point qu'elle intitule "mes poings sur les I" dans laquelle elle fusille "La dépêche de Kabylie" à propos d'une interview qu'elle avait accordée a ce journal .

Mes poings sur les i

Je vous donne à lire l'article initial tel que je l'ai écrit le 22 juin dernier en réponse aux questions du journaliste de la dépêche de kabylie.
A la lecture de celui-ci, stupéfaite, je déplore l'amputation perpétrée à l'encontre de mon texte, geste sciemment calculé afin de récupérer l'idée maîtresse. Je ne suis pas contente car je trouve qu'il s'agit d'un acte de malveillance dans lequel j'ai été volé et spolié de mon produit intellectuel.
En effet, dans mon texte, pour qualifier Matoub et répondre à la question du secret de la longévité, je me suis servie d'une idée dans laquelle j'ai revu Matoub pensant aux qualificatifs pouvant le décrire et l'identifier. Comme il s'agit du 11ème anniversaire de son assassinat, j'ai éprouvé le besoin de compter 11 adjectifs qualificatifs numérotés de 1 à 11 et même de pousser ma réflexion jusqu'à mes souvenirs d'enfance, du temps du collège, rapprochant les coups de boules de Matoub à ceux de Zidane.

Vous comprenez maintenant ma peine, ma double peine: celle de la disparition de Matoub doublée de celle de la disparition de l'idée maîtresse de mon texte.

Je tiens à vous rappeler une autre malfaçon, datant du mois juin 2008, dans le même journal sur la demande du même journaliste, j'avais publié un article sur la mort de Matoub. Je vous dis un an après l'intensité de ma déception à la lecture du titre dudit article: Un autre titre extrait du texte avait été mis à la place de mon titre originel longuement réfléchi:" le 10 ème anniversassinat".
Cette année la même manipulation se reproduit.
Franchement, je vous le dis du fond de mon coeur, je n'aime les gens qui détournent les produits des autres
Ce jour, je retrouve dans le même journal l'idée du jeu avec le chiffre 11 ailleurs que dans mon texte alors qu'elle en était sa saveur et mon tour de main, ma main magique.
Je revendique la maternité de cette idée.

Qui peut guider une idée?
Qui l'a nidée et non qui l'a vidée.

Paris le 25 juin 2009
Malika Domrane

Tag(s) : #ARCHIVES 2009

Partager cet article

Repost 0